27 mars 2008

André Targe est parti pour son dernier voyage...

André Targe fait partie de ces professeurs qui marquent une vie.

Personnellement, il a radicalement changé la mienne, comme ces "brujos" capricieux d'amérique du sud qui font subir mille épreuves à leurs disciples pour faire surgir l'illumination.

Il était capable de m'insulter copieusement en amphi, dénonçant "un ignorance crrrraaaasssssse !", et d'échanger, quelques minutes après, des plaisanteries savantes sur les influences maçonniques de tel auteur victorien.
De prendre du temps, pour nous écouter, vraiment, intensément, lorsque nous avions quelque chose d'intéressant à dire .
Et de nous inciter, avec force grognements et invectives, à raffiner notre pensée, à la rendre plus précise, plus pure...
Sans lui, mon univers intérieur n'aurait pas les mêmes contours...

Nous avions un peu sympathisé, après mes études.
Bu un ou deux verre ensemble.
Echangé nos pensées sur la figure du "monstre" dans les cultures judéo-chrétiennes...
Echangé une ou deux cartes postales de Dali, dont nous adorions la ré-appropriations des mythes antiques...

Il est parti, le mois dernier, entamer son dernier voyage
.
Son Iliade.
Son Voyage du Héros.
Explorer, une fois de plus, des territoires inconnus.

Et il doit bien se marrer, en parcourant ce chemin, de me voir si triste aujourd'hui.


L'humeur du moment

11
déséquilibre

cycles

trajectoires

2 commentaires:

Anonyme a dit…

eh bien c'est un désastre. En pianotant le nom du "maitre" dans google, je tombe sur ton site et cette nouvelle épouvantable. Tu résumes tout ce que ses traces ont laissé en moi, voilà plus de 20 ans...
J'ai bien du mal à retenir ma tristesse quand je pense aux cadeaux qu'il nous a faits, cette acquisition brutale de savoirs et de connaissances et notre incapacité parfois, à déceler ce que nous pouvions bien lui apporter et, par conséquent, à lui manifester notre reconnaissance....

Pascale a dit…

Ben voilà... désastre. Moi aussi je viens de pianoter sur google, je cherchais ses docus sur la foire de Beaucroissant (la posterle ?) et sur la corrida (Temple). Ce n'était pas mon prof, c'était, il y a 20 ans, un ami, notre ami, à T. et à moi. T. était ingénieur du son. Il est parti, lui aussi. Dire ma tristesse est peu dire.